éditions presses de valmy

L'arc-en-ciel qui voulait entrer dans le cœur des gens.

Il était une fois un arc-en-ciel qui voulait entrer dans le coeur des gens.

 

 Il trouvait que le coeur des gens était terne et triste et il avait envie de mettre plein de couleurs dedans ; mais chaque fois qu'il voulait s'approcher, il trouvait porte close. Tous les coeurs qu'il rencontrait étaient fermés à double tour. Et plus les coeurs étaient fermés, plus il insistait. Et plus il insistait, plus les coeurs se fermaient. Il déploya ainsi longtemps son énergie à vouloir forcer le coeur des gens, au point de se retrouver épuisé, au point de ternir ses propres couleurs. Il se demandait si les gens ne voulaient surtout rien recevoir de peur de devoir donner. Peut-être ne sont-ils pas prêts à recevoir ; peut-être ne sont-ils pas prêts à donner, se disait-il.

 

 Quand il s'en retourna au pays des arcs-en-ciel, découragé et triste, ses pensées encore tournées vers tous ces gens fermés à l'amour des couleurs et aux couleurs de l'amour, il croisa ce qui lui sembla être les restes d'un arc-en-ciel ; ce dernier, en effet, était tout délavé, tout pâle, bref, il avait une bien mauvaise mine. Celui-ci lui raconta alors que l'envie lui était venue, à lui aussi, d'aller dans le coeur des gens, et qu'il en était revenu dans cet état-là, vidé de ses couleurs, vidé de ses forces. C'était comme s'il avait traversé le plus effroyable des orages.

 

 Il raconta que les coeurs qu'il avait visités avaient bien accueilli son idée de partage des couleurs, mais qu'en fait, l'idée de partage ne leur suffisait pas, ils voulaient tout prendre, ils en voulaient encore des couleurs, et ils en voulaient d'autres, ils voulaient toutes les couleurs, même celles qui étaient vitales pour l'arc-en-ciel. Et à donner sans compter, l'arc-en-ciel avait fini par mettre sa propre vie en danger et il avait dû fuir ces coeurs-là pour aller se refaire une santé dans le pays des arcs-en-ciel.

 

 Et les deux arcs-en-ciel se racontèrent ainsi leur excursion dans le monde du coeur des gens et l'expérience que, chacun à sa manière, ils avaient vécue. Et ils se racontèrent leur vie, surpris de ne s'être pas rencontrés plus tôt dans le pays des arcs-en-ciel. Il faut dire que le pays des arcs-en-ciel est très grand.

 

 Et après avoir longuement partagé leur ressenti au contact de certains coeurs humains, les deux arcs-en-ciel arrivèrent à la conclusion que c'était orgueilleux de leur part que de vouloir mettre leurs couleurs dans le coeur des gens, qu'il était plus humble, quoique difficile, de laisser chaque coeur humain créer, à son rythme, ses propres couleurs.

 

C'est ainsi que les deux arcs-en-ciel renoncèrent à leur désir de mettre des couleurs dans le coeur des gens et ne s'occupèrent plus, dans le pays merveilleux des arcs-en-ciel, et non sans une pensée et une prière pour leurs frères humains, que de maintenir leurs propres couleurs dans leur plus bel éclat.

 

Patricia Belardinelli

64a9cf5bae09b248128357dc41e0c86c d410d0f

 

 

Jeu de Couleurs du mercredi

" Expandre "

acrylique sur toile 30 sur 30

avec certificat d'authenticité 

par Bettina Dupont

prix : 90 euros 

frais de transport :  gratuite pour la France 

dupont.bettina@laposte.net

http://www.creativite-artistique.com/

Img 2587

 

Le monde et nous

On me demande parfois pourquoi quelqu'un dont la vocation est l'accompagnement individuel ( psychothérapie, développement personnel, relation d'aide, etc... ) peut être amené à se mêler des affaires du monde. Pourquoi, sur les réseaux sociaux, je partage des informations concernant les manifestations dont notre pays ( mais pas que lui ) est le théâtre. Ne serait-il pas plus cohérent de continuer à communiquer seulement autour de l'importance de bien respirer, de faire la paix avec son histoire, et de comprendre les schémas dans lesquels notre arbre généalogique nous a plongés? Ca, c'est bien sûr important. Et très utile.

Seulement, après 18 ans passés à recueillir les confidences d'hommes et de femmes qui tentent de soulager leurs souffrances psychiques, il m'apparait clairement que l'état des individus que nous sommes est aussi lié à l'état du monde dans lequel nous vivons. Les conclusions de la physique quantique, la sociologie, ou les explications illustrant les pouvoirs de ce qu'on appelle l'Inconscient Collectif se rejoignent : nous sommes tous reliés, donc interdépendants.

Et si j'ai écrit (entre autres) les ouvrages " Triomphez de la souffrance au travail" et " triomphez des manipulateurs", c'est bien parce que la plupart de nos douleurs, pathologies, états d'anxiété, pour ne citer qu'eux, sont souvent directement liés aux conditions que notre société nous offre, en terme de santé, de valeurs, et de travail...

Les psychologues, les économistes, les médecins, les sociologues, mais aussi et surtout les prophètes et les poètes, nous le disent: nos sociétés sont malades. Malades de trop d'individualisme, et surtout des rêves de pouvoirs de quelques uns.

Comment aller bien si notre monde souffre, si nous courbons sous le poids des injustices, si la souffrance de nos congénères vient hurler à notre porte? A moins d'être complètement clivé, tôt ou tard nous nous sentons concernés par les bonheurs et les malheurs de nos semblables. Ainsi , le cheminement de guérison et de réflexion nous concernant nous amène tôt ou tard à nous demander quelle est notre place dans ce monde, et comment lui être utile d'une façon ou d'une autre.

A l'heure où j'écris ce message, des centaines de milliers d'individus sont mobilisés, dans le monde, pour tenter de faire entendre leur voix: ils refusent cette fameuse loi " travail" , mais surtout refusent la manière dont les lois sont votées, appliquées, au mépris de nos besoins et des fondements mêmes d'une société soi-disant démocratique.

Comme eux, je pense que l'heure est grave. Je les soutiens de tout mon coeur. Et de ma plume.

Comme eux, je crois que nous devons nous rassembler d'urgence pour faire entendre et installer dans notre pays des valeurs plus humanistes. Je crois que tous les êtres humains animés de bonne volonté, et surtout d'une volonté de faire triompher la paix doivent se mobiliser maintenant. Chacun à son niveau.

Tous les groupes doivent oublier leurs querelles de chapelle, leurs étiquettes. Car ce n'est pas le pouvoir d'un ou de plusieurs hommes que nous voulons voir triompher, mais la puissance de l'humanisme et d'une vraie justice sociale. Toutes ces notions n'appartiennent ni à la gauche, ni à la droite, mais au patrimoine spirituel de l'humanité. Et il ne s'agit pas seulement de nos jeunes, de nos salariés, de nos policiers, etc... ni de de notre France, de notre Europe, mais de notre monde. De notre humanité.

Et je ne vois pas comment, en étant confrontée jour après jour aux souffrances individuelles de celles et ceux qui me font confiance, je pourrais rester silencieuse sur ces thèmes.

Nous vivons une semaine où les manifestations, en France, se multiplient. Et avec elles les violences.  Partout ,dans chaque groupe, des individus sont animés d'intentions destructrices. Mais je sais aussi que parmi les Forces de l'Ordre de plus en plus d'hommes et de femmes sont malades de devoir obéir à des ordres qu'ils jugent fous.

J'espère que tous ces groupes réussiront à se rassembler le 10 juin, place de la Concorde. Pour une Manifestation Pacifique. J'espère que la Paix prévaudra sur les débordements. J'espère que tout ce à quoi travaillent certains êtres éclairés depuis des années ( Etienne Chouard, Eric Fiorile avec le CNTF*, certains Généraux désabusés, pour ne citer qu'eux ) trouvera sa place le moment venu.

Je crois que le moment de construire un monde nouveau est venu. Nous ne pouvons pas continuer à voir notre monde mis à feu et à sang  à cause de la folie de certains qui sont prêts à tout dérégler sur leur passage.

Il nous faut croire, et croire encore, qu'un sursaut de vie et d'humanisme est possible. Et marcher dans ce sens.

Que les hommes et les femmes du passé, qui ont fait de leur vie une oeuvre de paix et d'humanisme, puissent nous inspirer. Et nous protéger, de là où ils nous regardent.

*http://www.conseilnational.fr/index.php

 

 

 

 

 

 

Extrait du livre " Lucie ,mon âme assassinée " - éditions Presses de Valmy

Comme avec une balançoire lancée au vent , mon cœur et ma raison s'amusent , adolescents . Se reconnaissent l'un l'autre sans jamais se chamailler . Et ma volonté s'amenuise tandis que inexpérience , intense , inexplicable ,me rappelle mon statut originel de petite fleur soumise aux mouvements du Ciel ...

13062330 788372444626711 346681919620740232 n

Extrait du livre " Lucie ,mon âme assassinée  " - éditions Presses de Valmy

Les notes de musique sont l'écho du silence . Le rythme cardiaque du temps , de ses limitations .Les accords sont trompettes libératoires , hurlements exutoires , paroles incantatoires . Sons très envolés avant d’être attrapés , cassés , égorgés.

De cette enfance brisée une empreinte vive demeure . Celle du halètement d'un fugitif traqué . Cette angoisse latente qui fait craindre le pire et nous surprend toujours car le pire ne vient pas . Il ne viendra jamais .On peut dormir tranquille . Malheureusement , on ne le sait pas encore , et on se tourne et se retourne dans son lit ,des nuits durant .

Le suspens né des sons se mue en cris de joie . Lucie reste marquée . Ses notes sont trop profondes pour témoigner de l'enfance , de l'espoir , de la vraie liberté . Elles ne sont que reflet d'une mort impossible , de la lutte permanente pour ne pas succomber . Témoins vibrants à travers l'air du souffle merveilleux , miraculé , ininterrompu .

Tous les soirs , après l’école , Lucie vient près de moi , comme un oiseau léger , et se recrée une enfance avec son instrument .Elle pose son cartable , dans un coin du salon inaccessible aux yeux , et oublie quelque temps la vie et ses silences . De mon cote , j'attends , enthousiaste à l'avance . Avant son arrivée , pour ne pas être dérangée ,j'ai débranché le téléphone et éteint mon portable . Recueillie , rassemblée dans l'instant , je quitte avec délices ma planète un peu vide et m'envole autre part , comme au bras d'un oiseau . Je m'envole vers moi-même , dans un grand élan large ,portée par le désir , nostalgique et puissant , des ailes que je n'ai pas et qui m'ont bien manqué .

Hier , vers dix-huit heures , un voisin a sonné pour me rendre mon livre . Je n'ai pas répondu . Il a laissé un mot sur la porte , disant " C'est dommage de ne pas partager avec vos voisins cette belle musique ... Mais à travers les murs j'en ai bien profité , merci quand même ... "

Dd137fcc777a803e4fe3fda0e164730b 1

 

Extrait du livre " C'est quoi un psy , " - éditions Dervy

Chaque opportunité donnée au thérapeute de rester en contact avec sa propre vulnérabilité le rend particulièrement réceptif à l'autre , et lui évite d'instaurer la distance hiérarchique habituelle qui risque d'enfermer son patient dans son rôle de malade .

Cabinet psychologie paris 1