extrait du livre " Lucie ,mon âme assassinée "

Une nuit à compter les battements de mon cœur .

Apres six cent sept battements , je ne me souviens plus de rien . La grande Analyse de situations , incontournable ,inévitable , a réquisitionné les heures de ma nuit .

Premier acte: les souvenirs . Nous étions là ,sur ce trottoir , et tout me paraissait normal . Dieu choisit ces moments pour décontenancer .

Deuxième acte : les mots . La phrase fatidique évoquant Jacques et ses préoccupations . La plaisanterie légère au sujet du sadique .Qu'ai-je touché ,qu'ai-je dit ?

Troisième acte : fin de la scène inopinée .Lucie qui se transforme et s'enfuit dans la nuit .

Ensuite , dans la rue désertique , moi ,désemparée , qui me traîne jusqu'au restaurent .Ici , il faut changer de paragraphe .Ecrire d'un autre trait , plus serré ,moins délié .Ici , je voudrais devenir une autre ,plus objective , moins concernée .

Alessandro ,le patron du restaurant , avait observé toute sa scène . Il m'accueillit , chaleureux comme à l'accoutumée , et m'offrit la plus belle table . A côté du comptoir ,prés de la fontaine au milieu des grenouilles en plastique et des pièces de vingt centimes jetées par les superstitieux pour acheter le grand amour ou d'autres choses aussi alléchantes ...

J'attendais quoi , au juste ? Il vint ,s’assit prés de moi , posa sa main sur mon épaule ; Ne t’inquiète pas ,dit-il , cette petite est bizarre .Je la connais très bien .

Sa sollicitude me réconfortante .Toujours partagée entre l’étonnement et la tristesse , je réussis à marmonner ,sans y adhérer complètement , un peu de mon regret d'avoir parlé trop vite .Apres tout , peut-être Lucie était-elle jalouse de la relation nouée avec Jacques .

Je ne racontai rien ...Alexandro ne m'interrogea pas . Il revint m'apporter sa pizza sans un bruit , et , se penchant par-dessus mon épaule , me dit " tu sais ,cette petite revient de loin . Elles sort d'une famille terrible , essaie de ne pas te rendre malade pour elle .Laisse- lui du temps , elle reviendra " .

Il ne m'apprenait pas grand chose .Néanmoins ses paroles me consolèrent légèrement . L'incompréhension , partagée ,devient moins effrayante .Toute la nuit durant je me le rappelai .

Que faire , dans ce lit ou je me tourne sans parvenir à trouver le sommeil ... Inventer une excuse pour y aller demain ?Les prétextes seraient faciles ,je suis son professeur , après tout , et Lucie participe au spectacle de la ville .Je pourrais dire à ses parents qu'il faut que je lui parle à ce sujet ...

Je m'aperçois , je n'en suis pas fière , que j’ignore l'adresse de Lucie .J'y vois un signe inéluctable de mon impuissance à résoudre l'affaire .

Au réveil , demain , j'irai marcher dans le bois ,extirper cette histoire de mes muscles endormis , et la vie continuera , et docilement , la tête courbée sous le poids des instants , je la suivrai ,jusqu'au bout de la route .