Extrait du livre " Testament " - collection Sajat

 

 

 

 

 

A la fontaine

 

 

 

A la fontaine de mes rêves

Ou l’innocence est éternelle ,

J'ai puisé l'aube qui se lève

Et s'en va épouser le ciel.

Il ne subsistait pas d’ombrage

Ni de tourmente à l'horizon

De la fontaine. Et les orages

Avaient déserté la maison

Dans la fontaine de mes rêves

Ou le cœur ébahi de vie,

Les yeux illuminées de sève

Le corps en paix ; l’âme ravie,

J'au vu se lever l'harmonie

Des eaux et des cieux réunies