Savoir vieillir

Vieillir ,se l'avouer à soi même et le dire 

Tout haut , non pas pour voir protester les amis ,

Mais pour y conformer ses goûts et s'interdire 

Ce que la veille encore on se croyait permis

Avec sincérité , dès que l'aube se lève ,

Se bien persuader qu'on est plus vieux d'un jour ,

A chaque cheveu blanc se séparer d'un rêve 

Et lui dire tout bas un adieu sans retour.

Aux appétits grossiers , imposer d'après jeûnes

Et nourrir son esprit d'un solide savoir ;

Devenir bon ,devenir doux ,aimer les jeunes ,

Comme on aima les fleurs ,comme on aima l'espoir .

Se résigner à vivre un peu sur le rivage,

Tandis qu'ils vogueront  sur les flots hasardeux ,

Craindre d'être importun , sans devenir sauvage ,

Se laisser ignorer tout en restant près d'eux .

Vaquer sans bruit aux soins que tout départ réclame ,

Prier et faire un peu de bien autour de soi,

Sans négliger son corps ,parer toute son âme ,

Chauffant l'un aux tisons , l'autre à l'antique Foi,

Puis un beau soir , discrètement ,souffler la flamme 

De sa lampe et mourir parce que c'est la loi 

François Fabie